Collecte et techniques de chasse III

Les pièges lumineux

drap de piège lumineux en Côte d'Ivoire (A. Ture, 2010) piège lumineux en Côte d'Ivoire (A. Ture, 2010)

"Pour le plaisir des yeux (comme ont dit en Afrique), j’ai joint la photo de ta femelle de Prosopocera ivorensis sur le drap de chasse, capturée dans la nuit du 7 au 8 octobre 2010, ainsi qu’une vue d’ensemble, où l’on peut voir tout le foisonnement de lépido, c’est un vrai bonheur pour les lépidoptéristes." (Alain Ture, extrait de son courriel du 18 octobre 2010)

La nuit, les insectes aux mœurs nocturnes sont irrésistiblement attirés par la lumière.

Sous les tropiques, un simple néon sur le mur blanc d'une maison peut être intéressant pour peu qu'il y ait un peu de végétation aux alentours. Les lézards ne s'y trompent pas et font souvent des festins.

La méthode la plus productive consiste à placer dans un endroit propice un drap blanc verticalement tendu à une armature et que l'on éclairera à l'aide de deux ampoules électriques de 125W placées de part et d'autre du drap. Une lampe d'appel de 250W est placée à l'aide d'une perche à cinq mètres au dessous du drap. Et le tout alimenté par un groupe électrogène d'au moins 800W.

A minima, une ampoule de 125W, un ballast, une rallonge et un petit groupe peuvent déjà suffire.

Le choix des lampes est très important. Les ampoules à vapeurs de mercure offrent le double avantage de produire un spectre large dans la gamme des rayons UV auxquels les insectes sont sensibles et de fonctionner sous la pluie battante.

Ce dernier point est essentiel car bien souvent, une ondée intervenant durant la nuit fouette les insectes posés aux alentours. Ils s'envolent et viennent alors se jeter vers la lumière.

Les lampes dites mixtes où le filament de tungstène joue le rôle de ballast, dégage trop de chaleur et éclatent à la moindre averse. Elles ne peuvent être utilisées qu'en saison sèche.

L'endroit idéal pour installer un piège lumineux sera un endroit dégagé, en lisière de forêt ou à proximité d'un abattis. Les creux et les bords de cours d'eau sont à éviter.

Il est très important de piéger les nuits sans lune. En effet, sa lumière naturelle atténue l'efficacité du piège et limite fortement les chances de captures.

piège lumineux (illustration adaptée de V.Hecquet, 1996)

Les pièges à interception

La technique consiste à tendre une sorte de toile d'araignée artificielle près des abattis pour intercepter les insectes diurnes ou nocturnes qui volent.

Piège malaise

Piège malaise dans un abattis en Guyane française (cliché de Denis Faure)

Le modèle le plus efficace est le piège malaise. Il est constitué d'une fine toile non agrippante surmontée d'un petit toit. Les Lamiaires interceptés tombent ou bien se posent puis montent naturellement vers le sommet. Aux extrémités supérieures du piège, se trouvent des manches les invitant vers des flacons contenant un peu d'eau savonneuse salée où ils se noient.

Le filet cryldé est une fine toile agrippante. Les insectes pris au piège sont dégagés en découpant les mailles qui l'entourent. Les toiles d'araignée type 'farces et attrapes' donnent quelques résultats mais s'altèrent à la première averse.

L'élevage

La première méthode consiste à prélever des branches susceptibles d'abriter des larves de xylophages. Ces dernières expulsent de la sciure mêlée aux déjections lors de leur progression dans leur galerie forée dans le bois. La sciure évacuée est visible en soulevant l'écorce, ou bien en forme de dôme sous la branche ou le tronc.

Les branches prélevées sont mises en cage d'élevage. Une visite régulière permet de voir les éventuelles sorties du végétal.

Un aménagement pratique consiste à les laisser dans le noir et prévoir une sortie visible vers le jour. Un flacon suspendu directement reliée à la sortie réceptionnera les insectes qui ne manqueront pas de s'y diriger.

La seconde méthode consiste à suspendre des fagots d'essences différentes dans les arbres pendant un mois. Les branches récupérées sont mises en cages d'élevage.

Il existe aujourd'hui beaucoup de sites sur les longicornes. La page de liensCerambycoidea ring (www.cerambycoidea.com) les recense pour la plupart.

Quelques exemples de sites représentatifs sur leur périmétre :
  • www.cerambycoidea.com est également intéressant pour son forum, sa galerie et sa bibliothèque de pdf
  • www.biolib.com fournit une liste à jour de taxa bien utile par exemple pour vérifier l'orthographe et la combinaison valide à appliquer
  • plant.cdfa.ca.gov/byciddb présente une galerie très utile pour déterminer les longicornes américains
  • www.scielo.com est une librairie électronique de revues brésiliennes (Iheringia, Revista Brasileira de Entomologia, Zoologia...)
auteur Jean-Philippe Roguet, auteur du site, j'utilise depuis 2007 le trigramme pour signer mes photographies de lamiaires.

Il est bien sûr possible pour tout site de créer un lien vers n'importe quelle page de lamiinae.org ou pour toute publication de citer une page sans autorisation expresse.
Pour toute question concernant les droits de reproduction et d'utilisation, contactez-moi !

Comment citer ce site ?
Roguet (J.-P.), 2017
Lamiaires du Monde (Coleoptera Cerambycidae Lamiinae)
www.lamiinae.org [22/11/2017]
ou Roguet (J.-P.), 2017
Lamiines of World (Coleoptera Cerambycidae Lamiinae)
www.lamiinae.org?lg=en [2017-11-22]
auteur Jean-Philippe Roguet, 57 ans, architecte de système d'information, résidant en région parisienne, passionné d'entomologie depuis 42 ans, les 28 dernières années consacrées au groupe des Lamiaires.

J'ai créé la base de données entomologiques en 1996 et le site en 2004. La théorie des graphes m'a inspiré des algorithmes pour construire l'arbre des combinaisons valides de taxa et générer les catalogues faunistiques à partir des données (citations, actes nomenclaturaux, localisations) relevées dans la bibliographie.

J'ai conçu et développé les programmes et les modèles des 120.000 pages du site avec PHP, MYSQL, HTML, CSS et Javascript. La plupart des illustrations ont été réalisées avec Nikon D80/D90, AF Micro-Nikkor 60mm f/2.8, 4 SRB200, Photoshop et CombineZM.

Mon souci permanent : l'enrichissement continu du site pour constituer une référence utile et plaisante à tous les visiteurs !
jpr Désolé, ce n'est pas possible de me contacter pour le moment...
Saisissez les termes de votre recherche


Un terme peut être un mot clé comme :
- une année de publication (exemple : 2015),
- un taxon de tout rang, valide ou synonyme (exemple : saperda),
- une région (exemple : philippines),
- un nom d'auteur (exemple : breuning),
- un nom de revue (exemple : zootaxa).
Dans un terme, utilisez * pour remplacer toute chaîne de caractères.
Exemple : grise* permet de rechercher grisea, griseus, griseum, etc.

D'autres outils peuvent également vous aider :