F11

Lamiaires du Monde Coleoptera Cerambycidae Lamiinae

un groupe témoin de la biodiversité à connaître et à faire connaître

Anatomie III - Anatomie interne et physiologie

Le tube digestif est un conduit relativement simple, reliant la bouche à l'anus, avec quelques poches et à peine plus long que le corps. Il comprend trois parties : l'intestin antérieur, l'intestin moyen et l'intestin postérieur.

L'intestin antérieur est recouvert de cuticule. Il débute à partir de l'extrémité buccale, par un conduit assez mince, appelé oesophage pour aboutir au jabot, dans lequel s'accumule la nourriture. Ensuite vient le gésier, poche musculaire, où sont broyés les aliments.

L'intestin moyen n'est pas recouvert de cuticule mais d'une membrane spéciale qui empêche les aliments d'entrer en contact avec la paroi digestive. Il sécrète les enzymes digestifs et opère en partie l'absorption.

L'intestin postérieur est recouvert de cuticule et présente une surface plissée. C'est à son niveau que s'achève complètement l'absorption.

L'endroit où termine l'intestin moyen et où commence l'intestin postérieur, est marqué par l'abouchement des tubes de Malphigi qui sont les principaux organes d'excrétion. Ils sont dotés de nombreuses trachées et flottent librement dans le sang, dont ils éliminent les déchets. Ils sécrètent principalement l'acide urique et leur partie inférieure réabsorbe des sels utiles à l'organisme.

Etant donné que le sang remplit de grandes cavités et baigne librement les différents organes, le système circulatoire ne compte qu'un très faible nombre de vaisseaux.

Le coeur et son aorte constituent le vaisseau sanguin principal. Il est situé sous la paroi dorsale et occupe toute la longueur du corps. Fermé à son extrémité postérieure, il baigne dans le sang et est parcouru par des ondes de contractions rythmiques qui se propagent de l'arrière vers l'avant, et font entrer le sang au travers de valvules appelées ostioles. Une partie de ce sang s'échappe par des vaisseaux latéraux, tandis que le reste passe par l'aorte et arrive dans la tête.

La circulation sanguine est activée par les mouvements de contraction mais la pression est faible dans les cavités sanguines. Il existe également dans différents points du corps, des sortes de pompes auxiliaires. Dans le thorax, elles permettent notamment d'assurer la circulation vers les vaisseaux des ailes et des pattes.

Le sang est un liquide à peine transparent, légèrement coloré en vert ou marron. Il se compose de plasma et de cellules dont la fonction principale est de purifier le sang en se débarrassant des bactéries et des résidus de cellules mortes. Le sang ne joue aucun rôle dans le transport d'oxygène vers les organes. Par contre, il fait office de réservoir d'eau, il assure la distribution des substances nutritives et véhicule le CO2 résiduel.

Le système respiratoire permet de répondre aux besoins en oxygène des cellules. Il est constitué d'un réseau unique de trachées débouchant sur l'extérieur et reliant directement les organes du corps. Les orifices externes, appelés ostioles, sont à l'origine au nombre de dix paires et situés entre chaque segment à partir du mésothorax. Ils s'ouvrent et se ferment de façon rythmique suivants les contractions du corps.

Le système nerveux se compose d'un cerveau, qui est localisé à l'extrémité de la tête et entoure l'oesophage tout entier, et d'un double cordon nerveux. Ce dernier, dirigé vers l'arrière et situé sous le tube digestif, comprend des ganglions et des ramifications transversales correspondants aux différents segments. Les ganglions jouent le rôle de cerveaux auxiliaires, qui exercent une action localisée tout en restant contrôler par le cerveau proprement dit. Les nombreux organes sensoriels répartis sur une grande partie du corps, sont reliés à des fibres nerveuses et rendent le système nerveux particulièrement efficace.

Enfin, la structure musculaire est fibrillaire et très puissante. Il suffit pour s'en rendre compte, de prendre un insecte dans sa main et de constater qu'il déploie une force apparemment démesurée pour se dégager. En fait, ce n'est la conséquence que de leur petite taille et des lois physiques qui en découlent.

Lamiaires du Monde - Coleoptera Cerambycidae Lamiinae