F11

Lamiaires du Monde Coleoptera Cerambycidae Lamiinae

un groupe témoin de la biodiversité à connaître et à faire connaître

illustration en cours de chargement...

Anatomie I - Morphologie imaginale (1/2)

Le corps est constitué d'une série de vingt segments visibles ou non. Les six premiers, les trois suivants et les onze derniers forment respectivement la tête, le thorax et l'abdomen. Les parois segmentaires sont renforcées et protégées par de nombreuses plaques chitineuses rigides, appelées sclérites. Entre ces plaques, des membranes articulaires permettent au corps de se mouvoir.

La tête supporte les yeux, les antennes et les pièces buccales. Elle comporte le vertex sur la face dorsale, le front situé en avant des yeux et formant généralement un angle droit avec le vertex, et en avant du front et séparé par une suture, le clypéus. Entre les yeux et la bouche se trouvent les joues, et en arrière, les tempes.

Les yeux sont réniformes avec une échancrure pouvant parfois être profonde et même séparer l'oeil en deux lobes distincts.

Ils sont composés de nombreux éléments visuels indépendants appelés ommatidies. Celles-ci sont coniques et chacune d'entre elles a son propre cristallin ou facette visible à la surface de l'oeil. Etant donné que chaque ommatidie forme sa propre image et envoie son propre stimulus au cerveau, il résulte la perception d’une mosaïque de petites images séparées. Cette structure de l'oeil, bien que donnant une image floue, est cependant bien adaptée à la perception du mouvement. Les facettes sont plus ou moins convexes selon les besoins exigés par les moeurs diurnes ou nocturnes de chacun.

Les antennes, organes sensoriels de l'odorat et du toucher, permettent notamment de localiser et d'identifier un partenaire sexuel ou une plante nourricière.

Elles sont généralement formées de onze articles. L'article basilaire, le scape, est toujours beaucoup plus épais que les autres articles. L'article II, ou pédicelle, est très court tandis que les suivants, formant le flagelle, sont allongés et deviennent de plus en plus grêles à l'apex. Certains articles sont parfois renflés, armés d'une épine, frangés de longs poils ou encore pourvus d'une touffe de poils.

Les antennes des mâles sont toujours au moins aussi longues que celles des femelles. Elles dépassent fréquemment l'apex des élytres. Parfois, elles sont excessivement longues, parfois au contraire, très courtes.

Il n'y a pas de mâchoires internes, mais les appendices des segments céphaliques se sont modifiés en pièces buccales externes servant à trancher et à broyer la nourriture. Les pièces buccales comprennent les mandibules, les maxilles et le labre.

Les premières mâchoires, ou mandibules, sont robustes, subtriangulaires, tranchantes, faussement symétriques (à l'image d'une paire de ciseaux) et pourvues de muscles puissants. Les grandes espèces de Lamiaires sont capables, à l'aide de ces mandibules, de pincer douloureusement la main de l'imprudent qui les manipule.

Bien que plus développées et parfois ornés d'appendices étonnants, l'utilisation des mandibules chez le mâle est restreinte et se limite bien souvent à jouer un rôle déterminant dans les combats. Chez la femelle, ces appendices permettent d'entailler le bois ou la tige de la plante pour pondre.

Exceptionnellement, les femelles d'Oncideres disposent d'organes plus forts qui servent à sectionner partiellement les branchettes qui abriteront leur future ponte, et tomberont au sol après quelque temps.

En arrière des mandibules, se trouvent les secondes mâchoires, ou maxilles, qui contribuent au maintien de la nourriture que les mandibules broient.

Les secondes maxilles appelées labium correspond à une troisième paire de mâchoires soudée à la base. Il est également appelé lèvre inférieure et remplit les mêmes fonctions que les premières maxilles.

Les palpes maxillaires et les palpes labiaux fixés autour de la bouche sont en quelque sorte les appendices du goût. Ils servent à sélectionner la nourriture avant consommation.

Devant le clypéus, les pièces buccales se complètent par une pièce mobile et frangée de poils en avant, le labre. Il recouvre la région où les mandibules broient la nourriture et est, de ce fait, appelé lèvre supérieure.

Lamiaires du Monde - Coleoptera Cerambycidae Lamiinae